Des petits miracles de chaque jour, émerge la lumière d’un lendemain plein d’espoir

Bismack Biyombo emerge pour les Raptors, et un grand salaire pourrait suivre

Basketball NBA Playoffs 2016

Photo: Bismack Biyombo défend contre LeBron James dans le 4ème match de la finale de la Conférence Région Est. Crédit: Tom Szczerbowski/Getty Images

Une blessure à la cheville à Jonas Valanciunas en plein essort dans le second tour des séries éliminatoires de la NBA est arrivée à un moment terrible pour les Raptors de Toronto, mais pour Bismack Biyombo, le centre remplaçant de l’équipe, cela n’aurait pas mieux marcher pour lui.

Biyombo, un as défensif de plus de 2 mètres, a prospéré dans le rôle de titulaire. Et avec la possibilité de se retirer de son contrat et devenir un libre-agent cet été, il semble aussi s’être lui-même mis en position pour un salaire énorme.

Bien que solide pendant toute la saison pour les Raptors, et un contributeur dans les deux premiers tours des séries éliminatoires, Biyombo a pris feu dans les 3ème et 4ème matchs de la finale de la Conférence Région Est contre les Cavaliers de Cleveland. Toronto ayant riposté, le lundi tirant la série à deux matchs chacun, Biyombo a amassé une incroyable somme de 40 rebonds tout en contribuant 12 points, 7 blocs et 2 passes et commis seulement deux fautes de rotations. Il a donné un spectacle, avec le doigt farceur après ses blocs dignes de Dikembe Mutombo, et beaucoup de jeu dur à l’intérieur contre une équipe fortement favorisée.

Autre que quelques craintes que son style physique pourrait finir par blesser un adversaire, la seule controverse légère qui avait entouré Biyombo entrant dans le match de mercredi soir impliqué ou non, il avait été autorisé par Mutombo à reproduire son geste de signature.

Biyombo, qui, comme Mutombo est de la République démocratique du Congo, a dit qu’il a reçu l’autorisation; Mutombo a nié de bonne humeur, mais a également précisé que Biyombo n’avait pas besoin de permission.

« Il est un jeune homme, alors je le laisse jouir de la renommée», a déclaré Mutombo. « Il me rend célèbre. Je vais le voir au Congo cet été, et enfin nous allons parler à la maison avec personne autour de nous. »

Prédire l’ascension de Biyombo il y a un an aurait été presque impossible. Le septième choix du repêchage de 2011, Biyombo a toujours été amusant, mais il n’avait jamais en moyenne plus de 5,2 points ou 4,9 rebonds par match en quatre saisons pour Charlotte. Même si il s’est régulièrement amélioré dans diverses statistiques de basketball, le monde n’e l’a pas remarqué. Il a signé un accord de libre-agent avec Toronto d’une valeur d’environ $USD 3 millions pour cette saison avec une option de joueur pour une deuxième année à peu près du même montant.

Le fait qu’il finirait par se retirer était probablement trop prématuré, avant même son émergence dans les séries éliminatoires, ayant brillé entant que demi défensif d’une rotation de centre avec Valanciunas, en jouant dans les 82 jeux avec en moyenne 5,5 points, 8 rebonds et 1,6 blocs à seulement 22 minutes par match.

Pourtant a seulement 23 ans, et capable de jouer à une plus grande envergure que sa taille de 2 mètres, il était sûr de demander beaucoup plus qu’une garantie de $USD 3 millions sur la base de sa performance en saison régulière. Maintenant, il est susceptible de soliciter d’autres équipes pour un rôle de titulaire et un salaire conséquent.

Il a jusqu’ici prouvé qu’il était capable d’un rôle plus important, exploitant 39 minutes ou plus dans trois des cinq derniers matchs de l’équipe menant jusqu’à mercredi, après avoir joué beaucoup seulement deux fois au cours de la saison régulière et sept fois dans ses quatre saisons avec Charlotte.

Biyombo s’est peut-être déjà lui-même mis hors de prix pour Toronto, qui est engagé à long terme à Valanciunas, dont les quatre ans, $USD 64 millions de prolongation de contrat commencent l’année prochaine. Les Raptors peuvent ne pas avoir l’argent ou le temps de jeu pour garder Biyombo.

Valanciunas est retourné mercredi soir pour le 5ème match, mais j’usqu’à ce qu’il se remette dans le rythme, Biyombo devra toujours gérer probablement la majeure partie du jeu. A en juger par les 3ème et 4ème matchs, qui devrait causer un certain inconfort pour Cleveland.

Source: New York Times. Une version de cet article apparaît dans la presse le 26 mai 2016, à la page B13 de l’édition de New York avec le titre: Un Centre, Remplir, Fleurit pour Toronto.

Cet article est aussi disponible en: Anglais

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*