Des petits miracles de chaque jour, émerge la lumière d’un lendemain plein d’espoir

Kinfor 2016 : Kinshasa, capitale des affaires durant deux jours

Affaires et Economie

Organisé pour la première fois en RDC, le Kinshasa International Forum – Kinfor- se veut un cadre approprié pour développer les relations d’affaires. Du 26 au 27 janvier 2015, les entrepreneurs, institutions, patronats et officiels de quatorze pays vont y présenter leurs atouts respectifs dans l’espoir de gagner des marchés lors des échanges B to B.

Annoncé trois mois aupararant, le Kinfor 2016 représente à n’en point douter un événement majeur dans la vie économique de la République démocratique du Congo. D’abord, il a réussi à drainer dans la capitale congolaise, Kinshasa, des délégations de plusieurs pays dont la Belgique, le Canada, les États d’Amérique et la République du Congo. En chiffre, le forum représente un total de quatorze nationalités différentes, allant de l’Afrique à l’Europe en passant par les Amériques.

Pour la RDC, pays hôte, cette rencontre contribue à sa visibilité. Comme l’a expliqué la députée nationale Marie-Ange Lukiana, maraine de l’événement, Kinfor offre une opportunité d’organiser un dialogue gagnant-gagnant d’envergue. C’est un échange d’expérience avec des possibilités de B to B. Et les résultats seront de plus en plus intéressants avec les prochaines éditions en perspective. Une idée à laquelle adhère d’ailleurs la ministre congolaise du Commerce, Nefertiti Ngudianza, invitée pour la circonstance à inaugurer officiellement le forum. Absente de la cérémonie, la tâche est revenue à son directeur de cabinet.

Les thèmes de la première journée ont porté sur plusieurs matières, notamment le focus économique sur Brabant (Belgique) et la responsabilité sociétale des entreprises en RDC. Plus tard, il y a eu des ateliers axés sur le transport multimodal en RDC, l’entrepreneuriat féminin en RDC et les atouts économiques du Quebec et de l’Algérie. Pour le cas du focus économique, la délégation wallonne est conduite par une native de la RDC naturalisée belge, Mme Kibassa. Elle est à la tête d’un méga-ministère englobant plusieurs secteurs. Dans sa délégation, elle amène également trois sociétés belges intéressées par les opportunités de la RDC. Plus tôt, la Chambre de commerce belgo-congolaise estime qu’un tel cadre d’échange peut aider à promouvoir la coopération. Dans la salle, l’on a compté également la présence d’une délégation d’entreprises quebecoises.

Parmi les intervenants, il y a l’intervention très remarquée de la présidente de l’Agence de promotion des investissements du Congo Brazzaville, Annick Patricia Mongo. Elle est également à la tête d’une trentaine d’entreprises de son pays. Pour elle, les deux Congo qui ont en partage les langues locales et la musique peuvent tirer un meilleur profit de leur proximité géographique. Au lieu de ne se contenter que du seul secteur informel, les deux villes, Kinshasa et Brazzaville, qui expérimentent déjà un partenariat, peuvent développer leurs affaires. Et justement, il revient à l’API Congo de protéger les intérêts des entrepreneurs intéressés à investir dans la première destination d’Afrique centrale. Par ailleurs, elle demande l’accélération de la création de la zone de libre échange.

Pour rappel, Africa Rise, organisateur du forum, est une organisation belge qui a pour vocation de faciliter les contacts entre les entrepreneurs européens et leurs homologues africains. Elle organise au total deux forums : Africa Belgium Business Week et le Kinshasa International Forum. Nous y reviendrons.

Source: adiac-congo.com; Agence d’Information d’Afrique Centrale

Cet article est aussi disponible en: Anglais

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*